• La colonnade du Louvre constitue la façade orientale du Palais du Louvre. Dessinée par l'architecte Claude Perrault, elle a été édifiée entre 1667 et 1670 et passe pour un des chefs d’œuvre du classicisme français.

    Sur un soubassement s'élève un étage composé d'une colonnade de style corinthien puis un  attique couronné d'une balustrade. Le Pavillon central (ou Pavillon Saint-Germain l’Auxerrois) s'intègre harmonieusement dans cet ordonnancement.

    Le Musée du Louvre de nuit    Pavillon centralLe Musée du Louvre de nuit    

    Le Musée du Louvre de nuit   Le Musée du Louvre de nuit    

    Le Musée du Louvre de nuit   Le Musée du Louvre de nuit

    Le Musée du Louvre de nuit

    Le Musée du Louvre de nuit   Le Musée du Louvre de nuit

     

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Cet article traite de toutes les peintures de Napoléon présentes au Musée du Louvre.

    Vous pourrez également accéder aux notices du Louvre pour en savoir plus sur chacune des œuvres.


    Le Louvre : peinture période napoléonienne        Baron Antoine-Jean GROS : tableau datant de 1804 commandé par Napoléon.

    Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa (Syrie)

    C'est le premier chef d'oeuvre de la peinture d'histoire napoléonnienne.

    Pour en savoir plus : http://www.louvre.fr/oeuvre-notices/bonaparte-visitant-les-pestiferes-de-jaffa-le-11-mars-1799

     

    Le Louvre : peinture période napoléonienneJacques-Louis DAVID : tableau datant de 1806-1807 commandé par Napoléon.

    Sacre de l'empereur Napoléon Ier et couronnement de l'impératrice Joséphine dans la cathédrale               Notre-Dame de Paris, le 2 décembre 1804.

    Pour en savoir plus : http://www.louvre.fr/oeuvre-notices/le-sacre-ou-le-couronnement

     

    Le Louvre : peinture période napoléonienne

    Baron Antoine-Jean GROS : tableau datant de 1808 commandé par Napoléon.

    Napoléon sur le champ de bataille d'Eylau le 9 février 1807 au lendemain de la bataille victorieuse

    qui l'opposait aux prussiens et aux russes. Le maréchal Murat lui fait face sur son cheval noir.

    Pour en savoir plus : http://www.louvre.fr/oeuvre-notices/napoleon-sur-le-champ-de-bataille-d-eylau-le-9-fevrier-1807

     

    Le Louvre : peinture période napoléonienne                 Paul DELAROCHE tableau datant de 1848

    Bonaparte franchissant les Alpes. La peinture représente Bonaparte à la tête de son armée traversant les Alpes sur une mule, au printemps 1800, lors de la seconde campagne d'Italie.

    Il existe cinq versions de l'œuvre, l'exemplaire daté de 1848 exposé au Louvre est considéré comme le premier original

    Le Louvre : peinture période napoléonienne      Le Louvre : peinture période napoléonienne

    Zoom sur ces oeuvres :

    Le Louvre : peinture période napoléonienne    

    Le Louvre : peinture période napoléonienne     Le Louvre : peinture période napoléonienne

     

     

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  Sous les Perses achéménides, Suse va connaître une nouvelle période de gloire. Dès 521 ou 520 avant J.-C., Darius Ier décide d’en faire sa capitale politique, diplomatique et administrative. Sa position géographique est très favorable car la ville se trouve à mi-chemin environ entre Babylone et Pasargades, à un carrefour des grandes voies de communication. Suse fait l’objet d’embellissements tout au long du règne de Darius,

    En raison de la proximité géographique de la Mésopotamie, le palais de Darius et de son fils Xerxès en a subi une certaine influence architecturale, et décorative, utilisation de la brique moulée à glaçure et thèmes iconographiques néo-babyloniens (lions, griffons, taureaux ailés).

    La cité royale achéménide s’étend sur 13 hectares. Le palais de Darius fut construit sur une terrasse en partie artificielle; le seul chemin d’accès - une rampe qui menait à la porte de Darius - était situé à l’est. Cette porte monumentale était flanquée de part et d’autre d’une statue, dont une seule, sculptée en Égypte et représentant Darius a été retrouvée (Musée de Téhéran).

    Une vaste esplanade carrelée séparait la porte du palais proprement dit. Celui-ci était composé d’une série de cours alignées sur le même axe et flanquées, à l’ouest de salles plus petites qui constituaient peut-être les appartements du roi, à l’est de l’apadana, très vaste salle hypostyle de 36 colonnes surmontées de chapiteaux en forme d’animaux dos à dos. Trois des côtés de l’apadana ouvraient sur des portiques à colonnes.

    Les tablettes de fondation retrouvées sur le site indiquent l’origine des artisans et la provenance des matériaux qui servirent à édifier le palais. Édifié par la grâce d’Ahura-Mazda, les pièces étaient décorées d’or, d’argent, de lapis-lazuli, de turquoise, de cornaline, d’ivoire, de bois de cèdre et d’ébène. Toutes les satrapies de l’empire avaient contribué à sa réalisation.

    Les tailleurs de pierre venaient de Sardes, les orfèvres étaient des Mèdes et des Égyptiens, les Égyptiens travaillèrent le bois, les Babyloniens façonnèrent les briques cuites. Des Mèdes et des Égyptiens ornèrent les murs. Les poutres en cèdre venaient du Liban, l’or venait de Sardes et de Bactriane, le lapis-lazuli et la cornaline de Sogdiane, la turquoise de la Chorasmie, l’argent et l’ébène de l’Égypte, le décor mural d’Ionie, l’ivoire d’Éthiopie, le bois de Yaka de Kerman et du Gandhara, la pierre des colonnes de l’Elam.

    Origine : http://www.cliolamuse.com/spip.php?article96

     

    Frise des archers :Le Louvre : le palais de Darius Ier

    Le Louvre : le palais de Darius Ier        Briques silicieuses à glaçure, Epoque achéménide, règne de Darius Ier, vers 510 avant JC, Palais Darius Ier à Suze     

    Le Louvre : le palais de Darius Ier     Le Louvre : le palais de Darius Ier

     

    Le Louvre : le palais de Darius Ier, Suse  Panneau aux Sphinx affrontés sous le globe ailé (pas sur la photo), emblème royal et divin.

     Frise ornant les cours intérieurs de la résidence de Darius : Le Louvre : le palais de Darius Ier     Le Louvre : le palais de Darius Ier Taureau ailé                                                                     Griffons

    Le Louvre : le palais de Darius Ier     Frise des Griffons

     Panneaux décoratifs en briques moulés de terre cuite

    Epoque achéménide, règne de Darius Ier, vers 510 avant JC, Palais Darius Ier à Suze 

    Le Louvre : le palais de Darius Ier     Le Louvre : le palais de Darius IerGriffon                                                                              Lion

    Le Louvre : le palais de Darius Ier  Taureau ailé

    Le Louvre : le palais de Darius Ier, SuseChapiteau de la salle du conseil de l'Apadana, bustes de taureaux sur lesquels reposait le plafond en bois de cèdre.

    Le Louvre : le palais de Darius Ier  Charte de fondation du Palais de Darius Ier en vieux perse en argile : texte cunéiforme babylonien, découverte sous un seuil de porte de l'Apadana 

     

    Pour en savoir plus :

    http://www.palaisdedarius.net/presentation.htm

     

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Aphrodite, dite Vénus de Milo

    La Vénus de Milo est découverte en 1820 à Mélos (Milo en grec moderne), une île du sud-ouest des Cyclades. Le marquis de Rivière en fait hommage à Louis XVIII, qui l’offre au Louvre l’année suivante.L’œuvre jouit dès lors d’une grande notoriété.

    Principalement constituée de deux blocs de marbre, la statue est réalisée en plusieurs parties travaillées séparément et reliées par des scellements verticaux (buste, jambes, bras et pied gauches), selon la technique des pièces rapportées. Ce procédé est assez répandu dans le monde grec, en particulier dans les Cyclades où l’œuvre a été créée vers 100 av. J.-C. Les bras n’ont jamais été retrouvés. La déesse était parée de bijoux en métal dont ne subsistent que les trous de fixation : un bracelet, des boucles d’oreilles et un bandeau dans les cheveux.

    Pour en savoir plus : http://www.louvre.fr/node/22546

    Le Louvre : la Vénus de Milo

    Le Louvre : la Vénus de Milo

    Le Louvre : la Vénus de Milo

     

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Très tôt en Grèce, la représentation de la victoire a été personnifiée sous les traits d'une déesse ailée, descendant sur terre pour faire honneur au vainqueur.

    Fidèle à cet esprit, le monument érigé dans le sanctuaire des Grands Dieux de Samothrace au début du IIe siècle avant J. C. représente une Victoire se posant sur l'avant d'un navire de guerre, pour commémorer sans doute une victoire navale.

    Par la virtuosité de sa sculpture et par l'ingéniosité de sa construction ce monument est un chef-d'oeuvre inégalé de la sculpture grecque d'époque hellénistique.

    cette statut d'une hauteur de 3,28m est faite de marbre gris de Lartos pour le bateau, et de marbre de Paros pour la statue

    Pour en savoir + : http://www.louvre.fr/oeuvre-notices/victoire-de-samothrace

    Le Louvre : la Victoire de Samothrace

    Le Louvre : la Victoire de Samothrace    

    Le Louvre : la Victoire de Samothrace    Le Louvre : la Victoire de Samothrace

    Le Louvre : la Victoire de Samothrace    

    Le Louvre : la Victoire de Samothrace    Le Louvre : la Victoire de Samothrace

    Le Louvre : la Victoire de Samothrace    

    Le Louvre : la Victoire de Samothrace    Le Louvre : la Victoire de Samothrace

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire