• Site inconnu à quelques kilomètres de Twyfelfontein, le 30 mai 2017

    Nous avons la chance de visiter ces superbes peintures rupestre dans une zone très peu connue, loin de toutes routes au milieu de nul part.

    Au cours de notre trek, nous découvrons quelques gravures rupestre disséminées sur un site en grimpant sur une petite colline :

    Peinture rupestre, Namibie

    Peinture rupestre, Namibie

    Peinture rupestre, Namibie

    C'est en s'approchant de ses rochers que notre guide nous demande d'entrer dans ce passage très étroit qui cache de magnifiques peintures rupestres, que je trouve personnellement beaucoup plus belle que les gravures très connues de Twyfelfontein, et me rappellent celles découvertes dans le Sahara.

      

    Peinture rupestre, Namibie

    Peinture rupestre, Namibie

    Peinture rupestre, Namibie

    Peinture rupestre, Namibie

    Peinture rupestre, Namibie

    Peinture rupestre, Namibie

    Peinture rupestre, Namibie

    Peinture rupestre, Namibie

     

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Twyfelfontein, le 29 mai 2017

    Site archéologique de Namibie inscrit sur la liste du patrimoine mondial en 2007

    Twyfelfontein, littéralement la fontaine hésitante, possède l’une des plus importantes concentrations gravures sur roche d’Afrique avec près de 2 000 figures répertoriées.

    La plupart de ces œuvres bien préservées représentent des rhinocéros, des éléphants, des autruches et des girafes, ainsi que des empreintes de pas d’hommes et d’animaux. Le bien comprend également six abris sous roche décorés de représentations humaines peintes à l’ocre rouge. Les vestiges mis au jour dans deux parties du site ont été datés de la fin de l’âge de pierre. Le site forme un ensemble cohérent, d’envergure et de qualité qui témoigne des pratiques rituelles des communautés de chasseurs-cueilleurs dans cette partie d’Afrique australe pendant au moins deux millénaires ; il illustre de façon éloquente les liens entre les pratiques rituelles et économiques des chasseurs-cueilleurs.

    La vallée de Twyfelfontein a été habitée par des chasseurs-cueilleurs de l'âge de la pierre de la culture Wilton, il y a environ 6 000 ans. C'est probablement eux qui ont réalisé la plupart des gravures et toutes les peintures.

    Plus tard, il y a environ 2 500 ans, les Khoïkhoï, un groupe ethnique d'éleveur assimilé aux San (Bushmen), ont également occupé la vallée qui est maintenant connue sous le nom Damara/Nama de /Ui-//Aes (littéralement les points d'eau hésitants). Les Khoikhoi ont aussi réalisé des gravures qui sont clairement reconnaissables des autres gravures plus vieilles.

    Source : http://whc.unesco.org/fr/list/1255

     

    Twyfelfontein, un des principaux sites d'art rupestre africain, Namibie

    Twyfelfontein, un des principaux sites d'art rupestre africain, Namibie

    Twyfelfontein, un des principaux sites d'art rupestre africain, Namibie

    Twyfelfontein, un des principaux sites d'art rupestre africain, Namibie

    Twyfelfontein, un des principaux sites d'art rupestre africain, Namibie

    Twyfelfontein, un des principaux sites d'art rupestre africain, Namibie

    Twyfelfontein, un des principaux sites d'art rupestre africain, Namibie

    Twyfelfontein, un des principaux sites d'art rupestre africain, Namibie

     

    Pour en savoir plus sur mon voyage en Namibie :

    Trek dans le Damaraland : trek-dans-le-damaraland-et-le-namib-central-namibie-mai-juin-2017 

    Erg du Namib : erg-du-namib-sossusvlei-deadvlei-namibie-2017

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Salle Mollien du Louvre 

    Pestiférés de Jaffa

    Le Louvre : la salle Mollien

    Le Louvre : la salle Mollien

    Pestiférés de Jaffa

    Pestiférés de Jaffa

    Le Radeau de la Méduse Le Radeau de La Méduseréalisée entre 1818 et 1819 par le peintre français Théodore Géricault (1791-1824)

    La Liberté guidant le peuple La Liberté guidant le peuple, d'Eugène Delacroix réalisée en 1830

    Joachim Murat roi de Naples

                                        Joachim Murat roi de Naples par le Baron Antoine-Jean Gros

     

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Le Code de Hammurabi est un texte juridique babylonien daté d'environ 1750 av. J.-C., à ce jour le plus complet des codes de lois connus de la Mésopotamie antique. Déporté par un prince du pays voisin d'Elam en Iran au XIIe siècle av. J.C., le monument fut exposé sur l'acropole de Suse au milieu d'autres chefs-d'oeuvre mésopotamiens prestigieux.

    Il a été redécouvert en 1901-1902 à Suse, et il est exposé de nos jours au musée du Louvre à Paris. Plus qu'un code juridique, il s'agit en fait d'une longue inscription royale, comportant un prologue et un épilogue glorifiant le souverain Hammurabi, qui a régné sur Babylone d'environ 1792 à 1750 av. J.-C., dont la majeure partie est constituée de décisions de justice.

    La stèle mesure 2,25 mètres de haut et 55 centimètres de large environ, taillée dans un monolithe de basalte noir. Son sommet cintré est sculpté en bas-relief sur le devant. Y est représentée une scène de rencontre entre le roi Hammurabi et le dieu Shamash.

    Le roi, représenté à gauche, se tient debout la main droite levée en signe de respect. Il porte une longue barbe, est coiffé d’un bonnet à rebord large et vêtu d'une robe à plis verticaux. Le dieu-soleil Shamash, situé à sa droite, est assis sur un trône. Il porte la tiare à cornes caractéristique des divinités, une longue barbe et une robe à volants. Il est identifié comme le dieu-soleil par les rayons qui jaillissent au-dessus de ses épaules et les trois rangées d’écailles sur lesquelles il pose ses pieds, qui représentent les montagnes de l'Est que le soleil franchit tous les matins. Il remet au roi les insignes de la royauté, le bâton et un objet circulaire (anneau ou cercle) qui symbolisent l'équité. Ce bas-relief est de facture classique par son style et sa composition. La présence de Shamash est liée à sa fonction de dieu de la justice (le prologue du Code le désigne comme le « grand juge du Ciel et de la Terre »).

    Le reste de la stèle porte le texte du Code, la plus longue inscription continue en écriture cunéiforme qui soit connue. Le texte est gravé en langue akkadienne (dans sa variante dite « vieux-babylonien ») dans des signes cunéiformes volontairement archaïsants, qui reprennent la graphie courante dans les inscriptions des rois d'Akkad et d'Ur III.

    Code babylonien de Hammurabi

    Le Louvre : le Code babylonien de Hammurabi

    Le Louvre : le Code babylonien de Hammurabi

    Le Louvre : le Code babylonien de Hammurabi

    Code babylonien de Hammurabi

    Code babylonien de Hammurabi

    Traduction du code de Hammurabi : https://fr.wikisource.org/wiki/La_Loi_de_Hammourabi

    Pour en savoir plus : http://www.louvre.fr/oeuvre-notices/code-de-hammurabi-roi-de-babylone

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Code_de_Hammurabi

    Flag Counter

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Le département des arts de l'Islam du Louvre, formé en août 2003, regroupe les collections couvrant l'ensemble du monde islamique (aire géographique située entre l'Espagne et l'Inde) depuis l'hégire (622) jusqu'au XIXe siècle.

    La collection comprend 16 500 œuvres (dont 3 500 déposés par le Musée des Arts Décoratifs), ce qui en fait une des plus importantes du monde avec celle du Metropolitan Museum de New York (12 000 ou 13 000 œuvres), et celles du British Museum, du V&A Museum et du musée islamique de Berlin.

    Au total ce sont 3000 œuvres qui sont exposées dans 3 salles couvrant 3 000 m² d'expositions (4 000 m² pour le MET).

     

    Mon oeuvre favorite :Art islamiqueGlobe céleste Iran, an 1144 (539 dans le calendrier musulman)  Signé Yunus b. al-Husayn al-Asturlabi, bronze gravé incrusté d'argent

    Instrument d'étude et de mesure, un astrolabe sphérique est un modèle tridimensionnel des cieux. Celui-ci est le 3e plus ancien conservé au monde. Il porte les 48 constellations identifiées par le grec Ptolémée à Alexandrie au 2e siècle. Les 1025 étoiles sont signalées par des points d'argent dont la taille varie en fonction de la brillance observée de l'astre. L'inscription gravée par Yunus dit qu'il refit les calculs de coordonnées en tenant compte du temps écoulé depuis l'oeuvre de Ptolémée.

    Art islamique

    Art islamique

    Art islamique    Art islamique

    Art islamique    Art islamique 

     

     

    Flag Counter

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire