• Photos prise lors de l'exposition Osiris, mystères engloutis d'Egypte, à l'Institut du Monde Arabe, Paris

     

    Mystèrer Osiris 6    Mystèrer Osiris 6Ces deux sphinx datant du Ier siècle avant notre ère, en granit gris et diorite, ont été découvert à proximité l'un de l'autre au fond de l'eau, dans le port oriental d'Alexandrie. Ils accompagnaient probablement le prêtre à l'Osiris-Canope, dans un petit sanctuaire dédié à Isis ou Osiris. Ils sont conservés au Musée national d'Alexandrie - IEASM.

    Les cheveux du sphinx semblent dépasser sous le bandeau, le nez est aquilin et le menton pointu : autant d'expressions hellénistiques. Il s'agit peut-être de l'effigie du père de Cléopâtre, Ptolémée XII (-80/-51).

    Mystèrer Osiris 6    Mystèrer Osiris 6Statue de la déesse Thouéris, 26e dynastie (-664/-525)          Faucon protégeant un roi, 30e dynastie (-350) en quartzite   Les pattes antérieures sont posées sur un grand hiéroglyphe   Cette probable représentation du pharaon Nectanébo II         dont le sens est "protection". Sur le pilier dorsal il est             suggère qu'il est simultanément le Dieu faucon Horus, et le   demandée à la déesse de protéger Nitocris, la fille de             le souverain humain qui règne sur l'Egypte et la protège.       Psammétique Ier (-664/-610).

    Mystèrer Osiris 6    Mystèrer Osiris 6Statuette en bronze probablement du pharaon Psammétique II (-595/-589) de la période saïte, 26e dynastie, découverte à Thônis-Héracléion, conservé au Musée maritime d'Alexandrie - IEASM.

    Découvert au sud-ouest du temple d'Amon, ce pharaon, coiffé de la "couronne bleue", ceint du pagne ou shendjyt traditionnel, est dans l'attitude de la marche. 

    Mystèrer Osiris 6    Mystèrer Osiris 6Statuette d'Osiris, basse époque (-664/-332), bronze et or.    Stèle à la butte osirienne, époque ptolémaïque (-305/-30)     Momiforme, coiffé de la couronne atef, ainsi apparaît le        30e dynastie (-380/-343), en grès, découverte à Karnak.       "Souverain de l'Occident" c'est à dire de l'au-delà. Il tenait      Représentation schématique de la "butte d'Osiris", structure   à l'origine le sceptre héqa et le flagellum nekhekh.                 funéraire où étaient exhumées, dans les alvéoles, les             Découverte à Thônis-Héracléion,                                           figurines du dieu façonnées durant les Mystères. Sous le       conservé au Musée maritime d'Alexandrie - IEASM.                 ligne courbe : le dessin du nom d'Osiris.                                                                                                                          Conservé au Musée égyptien du Caire.

    Mystèrer Osiris 6    Mystèrer Osiris 6

    Mystèrer Osiris 6 

    Statut d'OSIRIS
    Emmailloté de bandelettes,coiffé de la couronne atef,portant la crosse héqa et le fouet nékhakha, ou flagellum nekhekh, croisés sur sa poitrine : ainsi était représenté en pierre,en bois ou en bronze,le souverain de l'au-delà,le superbe Osiris.
    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Photos prise lors de l'exposition Osiris, mystères engloutis d'Egypte, à l'Institut du Monde Arabe, Paris

     

    Mystère d'Osiris 5Table d'offrande en granit noir découverte à Canope, IIe av. JC/4e siècle, Musée maritime d'Alexandrie-IEASM

    Les bassins et la rigole servaient aux libations, rituel religieux consistant en la présentation d'une boisson en offrande à un dieu. Bières, viandes, fleurs leur étaient offertes. Le décor floral en relief évoque des lotus.

     

     

    Mystère d'Osiris 5    Mystère d'Osiris 5Tête de Sérapis en marbre avec calathos , IIe av.JC              Buste d'un dieu, probablement le Dieu du Nil, époque romaine. Divinité créée vers -305 mêlant Osiris et Apis.       Découvert à Canope, Musée maritime d'Alexandrie-IEASM.

     

    Mystère d'Osiris 5    Mystère d'Osiris 5Statue de reine en granit noir découverte à Canope, IIIe av.JC. Musée des antiquités de la Bibliotheca Alexandrina-IEASM. Le nœud joignant les extrémités du châle identifie probablement Isis, incarnée par Arsinoé II, manifestation d'Aphrodite, la déesse de la beauté. Ptolémée II (-309/-246), son époux et frère, en imposa le culte.

    Mystère d'Osiris 5    Mystère d'Osiris 5Osiris-Canope en marbre découvert à Canope, IIe/Ier av.JC   Apis, le taureau sacré image du Dieu Ptah, était un animal Deux divinités infantines, derrières lesquelles apparaissent    vivant élevé dans le temple de Memphis. Lorsqu'il venait à Isis et Nephthys, encadrent un naos.                                     à décéder il était inhumé selon un rituel précis...

    Mystère d'Osiris 5 ... La momification d'Apis et ses funérailles rappellent en tout point celle d'Osiris. Et Sérapis est la divinité précisément née de la fusion d'Osiris et d'Apis. Cette splendide sculpture romaine représentant Apis fut découverte dans les galeries souterraines du sérapéion d'Alexandrie, réplique de celui de Saqqara. Elle exprime l'ambivalence de l'animal sacré, à la fois symbole de la succession royale et de la renaissance osirienne.

    Mystère d'Osiris 5    Mystère d'Osiris 5Sérapis en marbre, époque romaine (Ier/IVe av. JC).             Sérapis avec calathos en marbre, même époque.                 Pour la première photo de Sérapis, les ailettes au dessus des tempes le rapproche d'Hermanubis divinité unissant le grec Hermès et l'égyptien Anubis qui conduit les morts dans l'autre monde.                                                                         Pour la seconde, barbu et trônant, à l'image de Zeus, Hadès ou Asclépios, le nouveau venu du panthéon égyptien est la divinité alexandrine par excellence. Un sanctuaire lui était dédié dans la capitale, tout comme à Canope.                           Ces deux statues sont exposées au musée greco-romain d'Alexandrie.

     

    Mystère d'Osiris 5                                                 Correspondance des Dieux égyptiens, grecs et romains

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Photos prise lors de l'exposition Osiris, mystères engloutis d'Egypte, à l'Institut du Monde Arabe, Paris

     

    Mystère d'Osiris 3    Mystère d'Osiris 3Dieu Amon-Rê représenté sous forme de bélier VIe av. JC.     "Cuve Jardin" de Thônis-Héracléion en granit rose

    La «cuve-jardin» a partie liée avec la célébration des Mystères dès le 12 du mois de Khoiak. Le rituel prévoyait en effet que dans le temple, tous les ans, deux types d’effigies d’Osiris soient fabriqués en parallèle, l’Osiris-végétant, faite d'orge et de limon noir, qui sous l’effet bénéfique de l’eau du Nil allait germer dans la cuve-jardin précisément, et l’Osiris Sokar. Ainsi, le dieu apparaissait sous deux formes différentes. Leurs fabrications suivaient deux protocoles très codifiés, distincts et complexes, décrits en particulier sur les murs des chapelles osiriennes de Denderah. (issu du communiqué de presse de l'exposition). Cette cuve a été trouvée près du naos d'Amon Géreb. 

    Mystère d'Osiris 3                                                  Naos dédié à Amon

    Ses inscriptions permettent d'identifier la divinité qu'il abritait : Amon, en une de ses formes particulières - Amon Géreb. L'existence d'un temple lui étant consacré, que mentionne le décret de Canope (voir page précédente), était ainsi confirmée par les fouilles. Les grecs assimilent Khonsou, fils d'Amon, à Héraclès. Le culte de Khonsou va devenir prééminent au fil du temps, donnant son nom au temple, et finalement à la ville tout entière : Héracléion. Dans les temps anciens le héros légendaire grec aurait fait étape dans le delta.

      

    Mystère d'Osiris 3Statuette d'Isis portant la figurine Osirienne, provenant d'Abidos, basse époque, époque kouchite (-751/-666), calcaire. Isis, presque souriante, est assise-accroupie et porte sur ses cuisses son protégé osirien, gisant, gainé. Elle accomplira le "mystérieux travail" nécessaire à la régénération de son frère-époux bien aimé. Musée égyptien du Caire.

     

    Mystère d'Osiris 3    Mystère d'Osiris 3Osiris végétant, une sculpture en diorite noire représentant Osiris sur son lit funèbre avec Isis en oiselle.

    Aux coins : des faucons nommés "Horus, le vengeur de son père". Isis sous forme d'oiselle, posée sur le membre viril de son bel Osiris, sera fécondée par lui - mort, mais le sexe en érection, car réanimé par les battements d'ailes de sa soeur-épouse. Horus naîtra de cet accouplement.

    Les soeurs Isis et Nephthys menère le deuil et accomplirent les rites funéraires, lavèrent le corps de leur frère, entourèrent la dépouille de toutes les précautions solennelles. Elles pleurèrent, elles glorifièrent Osiris et son âme. Elles assurèrent sa protection et garantirent sa revivification.

    Mystère d'Osiris 3    Mystère d'Osiris 3Osiris Canope (IIe s. créés à l'époque romaine) en marbre, Musée gréco-romain d'Alexandrie. Couronne Atef sur la première statue, couronne Némès avec plume entourant le disque solaire flanqué de cobras sur la seconde.

    Mystère d'Osiris 3Aiguière en or découverte à Tanis, 21e dynastie vers -900. Musée égyptien du Caire

    Vase sacré pour libations et consécrations. l'inscription l'attribue au roi pour lequel il a été fait, et au dieu qui l'accueille : "Le dieu parfait Amenemopé-aimé-d'Amon, aimé d'Osiris seigneur d'Abydos."

    Mystère d'Osiris 3Amulette en or découverte à Tanis, 22e dynastie vers -860. Musée égyptien du Caire.                                               Osiris classique avec sceptre, fouet, barbe et couvre-chef, emmailloté, sur un socle qui symbolise Maât, l'ordre universel. 

    Mystère d'Osiris 3Pectoral, or et lapis-lazuli, 22e dynastie, règne de Chéchanq II (-945/-925), Tanis tombes de Psoussennès I et Chéchanq II. La barque solaire vogue sur les eaux primordiales en dessous d'un ciel étoilé. Le soleil, bleu, est protégé par les ailes déployées d'Isis et de Nephthys. Gravé dans celui-ci : Maât en adoration devant Amon-Rê.

    Mystère d'Osiris 3Statuette d'Osiris végétant emmaillotée, dans sarcophage de sycomore trouvé à Tehneh el Gebel, basse époque (-664/-332). Inscription : " O Osiris, ... Tu viens en esprit glorieux, tu sors en tant que momie, tu reposes sur ton cadavre à l'intérieur de ton sarcophage." (Chapelle osirienne de Dendara, traduction Cauville 1997). Musée égyptien du Caire.

     

    Mystère d'Osiris 3Statue - Le réveil d'Osiris, Horbeit, 26e dynastie (-664/-525); gneiss, or, électrum, bronze. Musée égyptien du Caire.

    Osiris se redresse et s'éveille. Son visage d'une intemporelle beauté, empreint de sérénité, est coiffé d'une couronne tchéni, (mot qui signifie « soulever », coiffure souvent en rapport avec le soleil levant), en métal précieux.

    Les matières qui la composent (or, electrum, bronze) évoquent les radiations de l'astre solaire : Osiris est devenu Rê.

     

    Mystère d'Osiris 3    Mystère d'Osiris 3

    Une première procession nautique :

    La navigation de l'Osiris végétant a lieu le 22 Khoiak, au dixième jour après le début des Mystères. Une flottille de 34 barques s'élance alors sur le lac sacré du district osirien. Illuminés de 365 lampes, les esquifs en papyrus, longs d'une coudée et deux palmes (67,5 cm), transportent 34 divinités accompagnant l'effigie d'Osiris et le lambeau divin. 

    Des barques processionnelles votives en plomb ont été découvertes dans les canaux jouxtant le temple d'Amon Géreb d'Héracléion, dont quelques unes ayant les mêmes dimensions que les barques réelles en papyrus.

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Photos prise lors de l'exposition Osiris, mystères engloutis d'Egypte, à l'Institut du Monde Arabe, Paris

     

        Chapelle datant du règne de Nectanébo (-380/-362), 30e dynastie, dont le décor s'organise autour du calendrier égyptien.

    Les faces externes sont divisées en 36 cases, des décades inaugurées par les levers successifs d'étoiles spécifiques étoiles-décans, et une 37e case pour 5 jours de plus : les 365 jours annuels.

    Chaque décade détaille les fléaux menaçant les ennemis de l'Egypte, et que Chou, dieu de l'air, ferait s'abattre sur eux pour les décimer. Représenté sur le fond du naos par un lion assis, il commandait en effet les étoiles-décans chargées d'éliminer le mal. La statue qui y logeait était selon les textes "d'argent recouvert d'or fin".

    Ce lien entre l'action des étoiles et la destinée humaine dessine les débuts de l'astrologie, et le découpage en décade préfigure nos décans zodiacaux. Mais le sujet principal du naos reste l'éradication de l'impureté, nécessaire à la bonne marche du cosmos et à la renaissance annuelle d'Osiris.  

    L'histoire archéologique de ce naos est exceptionnelle elle aussi. Le toit, en résine, est découvert sur terre à Aboukir en 1777. La base et la paroi postérieure, en basalte, sont trouvées par Omar Toussoun, en mer dans la baie d'Aboukir, en 1940. Tel un puzzle, le monument sera reconstitué en 1999, lorsque, sur le site de l'antique Canope maintenant submergée, 4 nouveaux fragments sont remontés par l'IEASM du fond de l'eau.

    Le naos aurait été mis en pièces par les chrétiens lors de la destruction des temples, aux premiers siècles de notre ère.

     

        Bague avec intaille d'un aigle, or et calcédoine (-I et Ier s.)    Le décret de Canope, -238, pharaon Ptolémée III Évergète *

    Stèle de Thônis-Héracléion, 30e dynastie, -380, 1ère année du règne de Nectanébo 1er (en granit noir)

    Cette découverte sous-marine à permis d'affirmer que la Thônis des égyptiens et l'Héracléion des grecs ne sont qu'une seule et même ville. Face contre le sol, la stèle fut protégée de l'érosion des courants marins, et ses inscriptions sont ainsi demeurées parfaitement intactes.

    Thônis-Héracléion était un poste de douane et une zone d'échange importante à l'entrée du royaume, "pour tout ce qui provient de la Mer des Grecs".

    Pour en savoir plus : http://www.ieasm.org/sites.php?lang=fr&area=egypte&site=heracleion

                                                    Conservé au Musée National d'Alexandrie - IEASM

        Brûle parfum en calcaire découvert à Thônis-Héracléion (VIe av.JC), Musée National d'Alexandrie IEASM.                       Avec ses grands yeux en amande et son sourire sensuel, la sphinge grecque, ailée et couronnée, supporte la coupe en encens avec délicatesse : contraste saisissant avec les sphinx égyptiens.

      Statuette d'Isis en bronze et fragment de trône, découvert à Thônis-Héracléion, époque ptolémaïque, 7e-1er s. av.JC. Assise sur un trône, Isis donne le sein à l'enfant Horus-Harpocrate. Il est nu et porte la tresse traditionnelle de l'enfance.

        Plaque en bronze 26e dynastie (-664/-525)                            Statuette en bronze du dieu Khonsou (7e-4e s. av. JC) Cartouche du pharaon Amasis et nom du Dieu Khonsou-Thot. Coiffe surmontée d'un disque lunaire (Thônis-Héracléion)

        Sphinx Nectanébo II, en granit noir, découvert à Thônis-Héracléion, IVe siècle avant notre ère. Conservé au Musée Maritime d'Alexandrie - IEASM

    Sompteux lion à tête humaine, dans une posture traditionnelle. La présence de l’uræus, cobra femelle, sur sa coiffe et le traitement du némès, coiffe royale servant de cache perruque, prouvent qu'il s'agit d'un sphinx royal, probablement Nectanébo II (-360/-343).

    Nectanébo II pour en savoir plus : https://fr.wikipedia.org/wiki/Nectan%C3%A9bo_II

     

    * Le décret de Canope

    Cette grande stèle porte un des plus anciens décrets sacerdotaux de la période ptolémaïque, connu sous le nom de « décret de Canope » d’après la ville, voisine d’Alexandrie, où le synode eut lieu en 238 av. J.-C. sous le règne de Ptolémée III Evergète (246-222 av. J.-C.).

    Elle fut découverte à Kôm el-Hisn (l’ancienne Imaou) en 1881 par G. Maspéro et publiée en avril 1883 par Miller dans le Journal des Savants.

    pour en savoir plus : 

    http://projetrosette.info/page.php?Id=799&TextId=6

    http://www.ieasm.org/sites.php?lang=fr&area=egypte&site=canope

     

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Photos prise lors de l'exposition Osiris, mystères engloutis d'Egypte, à l'Institut du Monde Arabe, Paris

     

              Isis, mère universelle et protectrice et son frère et époux Osiris qui règne sur l'au-delà.

        

    Osiris avec son sceptre et son fouet au côté d'Isis coiffée de la couronne composé du disque solaire entre les cornes bovines

    Stèle d'Horus (380-280 av. notre ère, musée égyptien du Caire)

    Au recto et au verso, images et inscriptions évoquent la victoire du jeune Horus-Harpocrate sur toutes sortes d'animaux néfastes.

        

    Reine vêtue en Isis (-305/-30 av. JC en granit noir, musée national d'Alexandrie)

    Cléopâtre II ou III, représentée en Isis, reconnaissable à la perruque et à la robe traditionnelle, avec nœud dit d'Isis.

    Les souveraines aiment s'assimiler à la sœur-épouse d'Osiris.

        

    Statue d'Osiris (-305/-30 av.JC, bois de sycomore et traces d'or, Musée des antiquités de la bibliotheca Alexandrina )

    Le sycomore est lié à la renaissance d'Osiris. Lors des mystères sa re-gestation était symboliquement revécue, via une éfigie placée dans un sarcophage fait de ce bois.

       

    Statuette d'Horus de Bouto (-664/-343, 26e à la 30e dynastie, bronze, musée gréco-romain d'Alexandrie)

    Horus, le Dieu faucon, est coiffé du pschent, double couronne symbolisant l'unification de la hausse et de la basse Egypte.

    Statuettes en bronze d'Isis lactans et d'Osiris (8e-1er siècle av.JC, Musée maritime d'Alexandrie)

    Isis donne le sein à leur enfant Horus-Harpocrate.

        

    Statut colossale du Dieu Hâpy en granit rose (époque ptolémaïque -305/-30 av.JC, musée maritime d'Alexandrie).

    Ce Dieu de la crue et de la fécondité a été trouvé devant le temple de Thônis-Héracléion, au fond de l'eau, au nord-ouest du delta. La statue brisée en sept morceaux avait fait l'objet de restaurations durant l'antiquité. 

    Statue de Sérapis (3e siècle av.JC en bois de sycomore, musée gréco-romain d'Alexandrie)

    Sérapis est souvent représenté barbu et chevelu, tel Zeus, ou trônant avec le Cerbère, car il était également assimilé par les grecs à Hadès, le Dieu de l'au-delà.   

    Dès leurs premiers contacts avec la terre des pharaons, les grecs identifient les Dieux de l'Egypte avec leurs propres Dieux. Osiris par exemple est assimilé à Dionysos. De nouvelles divinités apparaissent aussi, coexistant avec le panthéon en place.

    Sérapis, Dieu des morts, de la fertilité, protecteur des marins et guérisseur, est ainsi inventé par Ptolémée I (-305/-283) qui disait en avoir rêvé. C'est une synthèse des dieux égyptiens Osiris et Apis, mais qui intègre également les Dieux grecs Zeus, Hadès, Poséidon - un syncrétisme favorisant la conciliation religieuse.       

     

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire