• Art rupestre du Tadrart Akakus #1, Libye 2005

    Ces sites rupestres ont été inscrits au Patrimoine mondial de l'UNESCO en 1985.

    Ces photos ont été prise en 2005 lors d'un trek d'une semaine dans l'Akakus en Libye.

    À la frontière du Tassili n'Ajjer algérien, ce massif rocheux est riche de milliers de peintures rupestres de styles très différents dont les plus anciennes remontent à 12 000 ans environ av. J.-C., les plus récentes pouvant être datées du Ier siècle de l'ère chrétienne. Ces peintures reflètent les modifications profondes de la faune et de la flore, ainsi que les divers modes de vie des populations qui se sont succédé dans cette partie du Sahara.

    La plupart de ces peintures et sculptures ont été en grande partie détruites, voir totalement, par les salafistes wahhabites libyens en avril 2014.

     

    Premier site d'art rupestre sur le chemin de notre trek :

    Peintures et gravures rupestres du Tadrar Akakus, Libye 2005      Peintures et gravures rupestres du Tadrar Akakus, Libye 2005

    Peintures et gravures rupestres du Tadrar Akakus, Libye 2005

    Peintures et gravures rupestres du Tadrar Akakus, Libye 2005      Peintures et gravures rupestres du Tadrar Akakus, Libye 2005

    Peintures et gravures rupestres du Tadrar Akakus, Libye 2005      Peintures et gravures rupestres du Tadrar Akakus, Libye 2005

    2e site d'art rupestre :

    Peintures et gravures rupestres du Tadrar Akakus, Libye 2005      Peintures et gravures rupestres du Tadrar Akakus, Libye 2005

    Comme dans le Tassili n'Ajjer, en Algérie, différents changements climatiques ont porté à des modifications dans la flore et dans la faune, ainsi que dans le style de vie des populations locales, qui permettent de définir différents styles artistiques :

    • au cours de la phase naturaliste, correspondant à la dernière phase du pléistocène (12000-8000 av. J.-C.), de nombreuses gravures rupestres représentent les grands mammifères de la savane : éléphants, rhinocéros, etc.
    • au cours de la phase des têtes rondes (vers 8000-4000 av. J.-C.), gravures et peintures rupestres ont coexisté, et des scènes religieuses apparaissent ; la faune était alors typique des climats humides.
    • la phase pastorale, à partir de 4000 av. J.-C., est la plus importante en terme de nombre de peintures et de gravures ; les parois décorées des grottes et des abris sous roche présentent alors de nombreux troupeaux de bovidés.
    • la phase du cheval, à partir de 1500 av. J.-C., est caractéristique d'un climat semi-aride qui entraîna la disparition de certaines espèces, et l'apparition du cheval domestique.
    • la phase du chameau (Ier siècle av. J.-C.) correspond à une intensification du climat désertique. Le dromadaire, alors apparu dans la région, devint le sujet principal des dernières peintures rupestres.

     

    Pour en savoir plus : http://whc.unesco.org/fr/list/287/

    Pour voir les photos du trek : http://steevephoto.eklablog.com/trek-dans-l-akakous-libye-2005-c27059666

    « Gravures rupestres dans le Wadi El Chott en Egypte Art rupestre du Tadrart Akakus #2, Libye 2005 »
    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :